8oct Retour d'expérience sur la refacturationpar

retour-dexprience-sur-la-refacturation.png (615 x 168)

La refacturation n’est pas nécessairement réservée aux grosses organisations ou aux structures ou aux structures (GIE, Services partagés, sociétés de services) dont le business model impose intrinsèquement la refacturation. Certains clients du Service Desk de Wingoo ont déployés ces mécanismes.

Les outils sur lesquels repose la refacturation permettent aux gestionnaires de mieux analyser les facteurs de coûts et de pouvoir mieux anticiper et budgéter. Du côté la transparence procurée aux utilisateurs permettent une meilleure conscience du prix des services et des décisions plus rationnelles.

 

La mise en œuvre d’un système de refacturation repose sur 2 piliers fondamentaux.


1. Un catalogue de services proposé par l’IT aux métiers, compris et acté par les 2 parties. Ces services peuvent être métiers (service applicatif, mail, accès réseau, postes) ou techniques (support, sécurité, architecture).



2. Un ensemble de métriques techniques (IT), comptables et financières qui permettront d’imputer un juste coût  au client en contrepartie de la fourniture du service. Il est donc important de trouver le bon équilibre entre la précision du système, sur laquelle reposera la juste répartition de coût et la difficulté de collecte des informations (usage des ressources, temps passés).

 

La refacturation peut donc s’appuyer sur des services simples (la mise à disposition d’un poste) ou plus complexes (la mise à disposition d’une application). Les mécanismes de refacturation peuvent être simples (un coût forfaitaire pour la mise à disposition d’un service), ou plus complexes comme la somme de temps passé sur le traitement d’une demandes de service ou la refacturation d’une ressource mutualisée (stockage, messagerie) suivant un coefficient de refacturation.